Le Royal Room, la dernière discothèque de Liège, ferme définitivement ses portes

L’annonce hier soir sur les réseaux sociaux a fait l’effet d’une petite bombe dans le microcosme nocturne liégeois. Après 25 années à la tête de discothèques telles que le Ménestrel et le Majectic à Doncelle, puis le Royal Room à Rocourt, Joël Wellekens jette cette fois l’éponge.

 

« Les nouvelles mesures ont anéanti mes derniers espoirs »

« Je m’étais fixé la date de novembre pour relancer l’activité », explique le patron du Royal. « Je pensais tenir mais les nouvelles mesures ont changé la donne. Elles sont venues anéantir mes derniers espoirs. Je préfère tirer ma révérence avant qu’il ne soit trop tard. Sans garantie de reprise, la situation allait devenir incontrôlable. La crainte de dégâts financiers était trop grande. Je pense que des établissements comme le nôtre ne pourront pas rouvrir avant un an. Je ne peux pas me le permettre. »

« Toujours les oubliés »

Locataire du Kinepolis, le Royal Room disposait de charges importantes. « Vu l’ampleur des frais, il y a trop d’incertitudes. Les aides de l’état étaient ridicules et pas adaptées à notre secteur. Les charges sont lourdes et conséquentes. Et sans rentrée, c’est impossible. Le discours de nos dirigeants et les dernières mesures prouvent que nous serons toujours les oubliés. Par contre, je constate depuis quelques mois que la Ville de Liège a laissé des établissements se substituer à notre métier avec un étonnant laxisme. Des autorisations ont été attribuées à des établissements qui ne respectaient aucune règle et qui ont profité impunément de la situation. Les autorités ont volontairement fermé les yeux sur ces derniers pendant que des gens de métier, des professionnels taxés, surveillés et contrôlés mourraient dans l’indifférence. Nous payons aujourd’hui ce manque de considération et le manque total de soutien. Je m’en vais en gardant mes bons souvenirs. » VINCENT ARENA

Les commentaires sont fermés.