• Le Royal Room, la dernière discothèque de Liège, ferme définitivement ses portes

    L’annonce hier soir sur les réseaux sociaux a fait l’effet d’une petite bombe dans le microcosme nocturne liégeois. Après 25 années à la tête de discothèques telles que le Ménestrel et le Majectic à Doncelle, puis le Royal Room à Rocourt, Joël Wellekens jette cette fois l’éponge.

     

    « Les nouvelles mesures ont anéanti mes derniers espoirs »

    « Je m’étais fixé la date de novembre pour relancer l’activité », explique le patron du Royal. « Je pensais tenir mais les nouvelles mesures ont changé la donne. Elles sont venues anéantir mes derniers espoirs. Je préfère tirer ma révérence avant qu’il ne soit trop tard. Sans garantie de reprise, la situation allait devenir incontrôlable. La crainte de dégâts financiers était trop grande. Je pense que des établissements comme le nôtre ne pourront pas rouvrir avant un an. Je ne peux pas me le permettre. »

    « Toujours les oubliés »

    Locataire du Kinepolis, le Royal Room disposait de charges importantes. « Vu l’ampleur des frais, il y a trop d’incertitudes. Les aides de l’état étaient ridicules et pas adaptées à notre secteur. Les charges sont lourdes et conséquentes. Et sans rentrée, c’est impossible. Le discours de nos dirigeants et les dernières mesures prouvent que nous serons toujours les oubliés. Par contre, je constate depuis quelques mois que la Ville de Liège a laissé des établissements se substituer à notre métier avec un étonnant laxisme. Des autorisations ont été attribuées à des établissements qui ne respectaient aucune règle et qui ont profité impunément de la situation. Les autorités ont volontairement fermé les yeux sur ces derniers pendant que des gens de métier, des professionnels taxés, surveillés et contrôlés mourraient dans l’indifférence. Nous payons aujourd’hui ce manque de considération et le manque total de soutien. Je m’en vais en gardant mes bons souvenirs. » VINCENT ARENA

  • CélénaSophia arrive en terrain conquis

    La musique est souvent une histoire de famille. Des Beach Boys à Oasis en passant par les Corrs, AC/DC, PNL ou Bigflo & Oli, les exemples de fratries qui forment un groupe ensemble ne manquent pas. En Belgique, le duo CélénaSophia est venu s’ajouter à cette longue liste d’artistes qui privilégient les liens du sang. Les soeurs Tornabene proposent une chanson française moderne aux sonorités pop et urbaines. Elles se produiront le 23 octobre à la Caserne Fonck, pour un concert qui leur tient tout particulièrement à cœur.

    Lire la suite

  • Une pluie de stars au festival du film de comédie qui aura bien lieu

    C’est une conférence de presse en présence d’Enora Malagré, l’animatrice française qui sera la maîtresse de cérémonie du festival, qui a ouvert officiellement cette cinquième édition du FIFCL à Liège.

     

    Nicolas Bedos.

    Si quelques grands noms du septième art comme Nicolas Bedos, Karin Viard et Edouard Baer avaient déjà été annoncés et confirmés par les organisateurs, le rôle de président du jury a finalement été confié cette année à Pascal Legitimus. Des invités d’honneur qui auront droit à leur dalle personnalisée sur le pavé de la rue Pont d’Avroy. Elie Semoun et Bruno Solo seront également présents durant ce festival qui aura lieu du vendredi 6 au mardi 10 novembre au Forum, à l’Opéra et aux cinémas Palace et Grignoux. « Nous aurions aimé proposer d’autres invités internationaux avec lesquels nous avons déjà des accords », explique Adrien François, le directeur du festival. « Mais la situation sanitaire nous contraint à devoir reporter certains grands noms à l’année prochaine. Il se peut tout de même que nous ayons encore une ou deux surprises de dernière minute. » En tout, c’est huit longs-métrages en avant-premières qui seront en compétition, ainsi que 19 courts-métrages. Mais c’est surtout les aspects sécuritaire et sanitaire qui retiennent l’attention des organisateurs cette année.

     

    ¨Pascal Légitimus.

    « Il était important de maintenir cette édition. Les Liégeois ont besoin de rire et la culture mérite qu’on se batte pour elle. Économiquement parlant, de telles initiatives sont importantes pour de nombreux acteurs. » Plus que jamais, l’accent sera placé sur les règles à respecter durant ces cinq jours. « Nous n’allons pas lésiner sur les moyens. Depuis le début de l’aventure, nous disposons d’un médecin attaché au festival. Nous pourrons ainsi effectuer du testing rapide sur les invités. Le flux des personnes sera géré et contrôlé. Nous disposons d’un stock de masques et de gel hydroalcoolique. Nous demeurons à l’écoute des mesures gouvernementales. Que ce soit en salle ou sous le chapiteau qui sera installé place Cathédrale, nous appliquerons toutes les règles à la lettre. Un protocole spécifique a été rédigé et soumis aux autorités. Nous disposons déjà d’un accord du Ministre de la Culture afin d’accueillir une capacité de 50 % en salle. » Mille personnes pourront ainsi assister à la cérémonie d’ouverture le vendredi 6 novembre au Forum. VINCENT ARENA

     

    Enora Malagré.
    Enora Malagré.

    Enora Malagré : « je suis un peu stressée »

    Animatrice radio et TV, Enora Malagré est connue du grand public pour ses années passées autour de la table de TPMP chez Cyril Hanouna. Cette année, elle sera la maîtresse de cérémonie de la soirée d’ouverture au Forum de Liège. Elle animera également le plateau TV tous les jours en direct du chapiteau de la place Cathédrale. « Je vais recevoir les membres du jury, les invités et ceux qui font ce festival. Nous allons parler cinéma et j’adore ça ! Par contre, présenter une cérémonie sur scène, ce sera une grande première pour moi. J’en suis fière et honorée mais surtout un peu stressée. Je pense que devant tous ces grands artistes, je ne vais jamais autant stresser de ma vie. Mais j’ai un tel attachement pour les quatre fantastiques Liégeois qui organisent le festival, que je ne veux pas les décevoir. D’autant plus que ce festival met à l’honneur la comédie. Un art majeur bien trop souvent oublié en France et qui fait pourtant vivre économiquement le cinéma. Il y a trop peu de festivals de comédie en Europe. Mais ce festival liégeois commence à faire du bruit en France et à Paris. Que ce soit Bruno Solo ou mon ami Jean-Luc Lemoine, tous m’en ont dit le plus grand bien. J’y suis, enfin ! » A Liège, qu’elle connaît bien. « Je connais surtout le Carré. On ne va pas se mentir. Je l’ai déjà expérimenté. J’ai un couple d’amis liégeois que je vois régulièrement. Il me faut plusieurs jours pour m’en remettre. Je compte d’ailleurs prolonger mon séjour afin de visiter la ville. » V.A.

    Trois moments à ne pas rater

    Le Festival International du Film de Comédie de Liège, ce sont de nombreux films en avant-premières, des séances scolaires pour les plus petits, des leçons de cinéma, des castings de figurants, des master classes, des conférences, des workshops, du networking, un hommage à Michel Galabru (le dimanche 8 novembre à 16h au Palace) ou encore un grand chapiteau installé place Cathédrale avec diverses animations. Nous pointerons trois rendez-vous incontournables à noter dans votre agenda :

    La cérémonie d’ouverture. Le vendredi 6 novembre au Forum de Liège (20€). En présence des membres du jury et des invités.

    La cérémonie de clôture. Le mardi 10 novembre à l’Opéra Royal de Wallonie (15€). Avec la remise des prix et le palmarès 2020. V.A.

     

                        Karin Viard.

    Deux rencontres et des échanges avec les invités : Karin Viard le lundi 9 novembre à 14h et Edouard Baer le mardi 10 novembre à 11h, tous les deux au cinéma Sauvenière.

     

                    Édouard Baer.