- Page 6

  • Concerts dans la Province : notre sélection de la semaine

    Scala1 (c) libre de droits.jpg > Le Concerf, le 22/10 (19h) au Centre culturel de Chênée (5 eur)

    On peut dire qu’il nous avait manqué, celui-là ! Après un break d’un an, le festival Le Concerf est de retour pour une huitième édition organisée cette fois au Centre culturel de Chênée. Au programme, huit sets oscillant entre pop-rock et électro, avec notamment Chickfight et Domgué en guise de têtes d’affiche. On ne va pas s’ennuyer.

     > Concert hommage à Jean Ferrat, le 23/10 (15h) au Centre culturel de Flémalle (10 eur)

    Plus dans le coup, Jean Ferrat ? Attendez de voir ce que ces jeunes artistes ont fait de son répertoire ! A l’initiative du Centre culturel de Flémalle, Xamanek, Orfeo et ArnoMatic revisiteront les plus belles compositions du  chanteur à moustache. Dimanche après-midi, un vent de révolte va souffler sur la Salle Louis Melin.

     > Cenobites, Street Poison et The Decline, le 23/10 (20h) à l’InsideOut Club (10 eur)

    Un seul mot d’ordre cette semaine : l’éclectisme. Après le pop-rock, l’électro et la chanson française, place à une affiche qui ravira les amateurs de punk-rock. On la doit au collectif liégeois Shoot Me Again, qui s’est une fois de plus décarcassé pour attirer des artistes qui ne se sont encore jamais produits dans les parages. En tête d’affiche, on retrouvera Street Poison, une formation hollandaise dont le style varie entre le punk rock californien et le hardcore new yorkais. Vous avez déjà vu une péniche s’embraser ?

    > Scala (photo), le 25/10 (20h) au Forum (places à 27,50 eur - 32,50 eur - 37,50 eur)

    On ne présente plus la chorale brabançonne, un des meilleurs produits d’exportation flamands de ces quinze dernières années. Histoire de fêter leur troisième lustre d’existence, les frères Kolacny et leurs chanteurs à la croix de bois version 2.0 se sont offerts une tournée best of qui passera ce mardi par le Forum de Liège. De Coldplay à Indochine en passant par Kylie Minogue et même notre Pierre Rapsat national, l’occasion d’entendre des grands noms de la pop et du rock élevés au rang de compositeurs classiques.

  • 2.000 personnes à La Fabrik pour la Wasted Skins Party

    Skins 3.JPG

    Nous avons assisté vendredi soir à la Fabrik à Herstal à la soirée Skins Party. Annoncée comme la soirée de tous les excès, cette nouvelle édition de ces soirées « sans limite » aura finalement été plus soft qu’annoncée par certains. Près de 2.000 jeunes des quatre coins de la Wallonie s’étaient données rendez-vous pour l’occasion. Nous aurons finalement assisté à un carnaval moderne et complètement déjanté à la sauce « hard corps ». Le tout dans un état d’esprit bon enfant.

     

    Les premiers « skinners » arrivaient dès 21h30. Désormais, les plus jeunes débutent leur soirée à l’extérieur de la salle, généralement regroupés dans les voitures et accompagnés de bouteilles d’alcool. La soirée de vendredi n’a pas échappé à cette nouvelle tendance. Vers 22h30 la file commençait à se former et le parking affichait déjà complet. Il aura fallu près de trois heures au final afin de faire entrer les 2.000 fêtards. Venus pour la plupart tous déguisés, ces derniers auront joué le jeu à fond. Pas de doute, il s’agit certainement là de la principale caractéristique qui fait de ces soirées leur originalité. Rares sont ceux qui y viennent habillés de façon classique. Les filles se lâchent et se permettent des tenues sexy. Chez les mecs, c’est une imagination sans limite qui se laisse aller aux tenues les plus extravagantes.

     

    A l’intérieur de la salle, plusieurs espaces dont les fameuses « Black Room ». Objet de toutes les curiosités, ces deux salles sombres ont été sujettes à de nombreux fantasmes. Disposées de part et d’autre, elles auront finalement surtout fait office de dortoir pour les plus fatigués et de salle de récré pour les plus jeunes. Beaucoup de bruit pour rien. Le second sujet de discussion était la consommation de stupéfiants. Force est de constater qu’on y sent pas plus l’odeur de joint que dans un café du Carré un vendredi soir. Nous y avons croisé de nombreux Liégeois mais également des jeunes venus en groupe d’Arlon, de Bastogne, de Namur, de Charleroi et même de Bruxelles. Rayon sécurité, la police et les pompiers étaient présents mais de manière discrète à l’extérieur de la salle. Pas plus ni moins que pour une soirée traditionnelle.

     

    Seuls petites ombres au tableau, l’absence des jacuzzis et du bar à chicha. Les premiers ont été annulés suite à une demande des pompiers. Le second est demeuré au Maroc faute de disponibilité. Dans la salle principale, les DJ’s s’en sont donnés à cœur joie sur des rythmes assez violents. Quand on n’y est pas initié, la Dubstep ou autre Drum and Bass peuvent paraître atypique par leurs rythmes saccadés. Passé une heure trente du matin, tous ce beau monde était entré. Commençait alors une fête à la hauteur des fêtards : déjantée mais bon enfant dans un état d’esprit positif. On était finalement bien loin des craintes émises par certaines mauvaises langues qui annonçaient le retour de Sodom et Gomorrhe.

     

    Réaction Renaud Bouckenooghe: « Heureux mais dépassé par le succès »

    Le principal organisateur de la soirée était facile à identifier. Au four et au moulin, Renaud Bouckenooghe aura parcouru un nombre incalculable de kilomètres vendredi soir dans les travées de la Fabrik à Herstal. « Je suis très heureux », nous commentait ce dernier entre deux sollicitations. « C’est énormément de travail car nous avons plus de monde que prévu. On ne s’attendait pas à un tel engouement. » Quelques jours avant la soirée, il y avait tout de même près de 1.500 tickets qui avaient été vendus. « Je pense que l’on a atteint les 2.000 personnes. Niveau sécurité, tout s’est finalement arrangé avant la soirée. Nous avons rassuré les autorités. Et comme vous pouvez le constater, il n’y a rien de dangereux dans nos soirées. Nous n’avions cependant pas prévu une file aussi longue. Nous nous excusons pour le temps d’attente. C’est un problème qu’il faudra solutionner pour les prochaines éditions. » La soirée s’est terminée aux alentours de 06h00 du matin sans problème majeur. « Passé 02h00, tous nos petits soucis étaient réglés. », enchaînait Renaud le lendemain. « On a même pu profiter de la soirée. Nous sommes vraiment satisfaits du résultat. Mis à part quelques personnes qui n’avaient rien à faire là, aucun incident ne fut à déplorer. La police nous a d’ailleurs fait part de sa satisfaction au terme de la soirée. » Une prochaine édition est déjà en préparation. « Nous allons tout d’abord faire le bilan de celle-ci. Mais je pense qu’on devrait revenir vers le début 2012. » VINCENT ARENA

  • Une soirée spéciale pour « Les Géants » au Cinéma Le Parc

    Bouli Lanners1 (c) libre de droits.jpg

    Il ne suffit pas d’associer deux génies pour aboutir à un bon résultat. Encore faut-il que la magie opère. Avec Bram Vanparys, Bouli Lanners a semble-t-il trouvé son complément idéal. Mieux connu sous son pseudo de The Bony King of Nowhere, le gantois a signé la bande son de « Les Géants », le nouveau film du cinéaste liégeois. Le résultat est époustouflant, tant les ballades folk du jeune flamand parviennent à sublimer cette histoire racontant le périple de trois adolescents qui se cherchent. « En écrivant le scénario du film, j'avais compilé différents morceaux dont celui de ce chanteur sur lequel j'ai totalement flashé », explique le réalisateur dans son dossier de presse. « Mon producteur et moi avons ensuite rencontré Bram. Il a lu le scénario puis il est venu sur le plateau avec ses instruments pour s'imprégner de l'ambiance du film et s'inspirer des décors. Il a enregistré les morceaux là, dans la nature. L'idée était de bosser sur des maquettes et de rentrer en studio par la suite, mais les maquettes étaient tellement belles qu’on n’a pas fait de studio. » Jeudi soir, le Parc proposera une soirée spéciale « Les Géants », avec un concert de The Bony King of Nowhere suivi de la projection du film. Les amateurs d’émotions fortes seront doublement servis.

     > Soirée Les Géants, le 20/10 (20h) au Parc
     > Préventes (20 eur au lieu de 24) à la Fnac, à Belle-ïle et dans les cinémas des Grignoux