- Page 2

  • L’Unifestival va enflammer le Sart Tilman

    Logo Unifestival (c) libre de droits.jpgLes étudiants en rêvaient, l’Unifestival l’a fait. Chaque année depuis 2007, une quinzaine de jeunes se retroussent les manches pour organiser un gigantesque évènement musical sur le site du Sart Tilman. Aidés par une cinquantaine de bénévoles, ces élèves enthousiastes et débrouillards sont parvenus à attirer plus de 10 000 spectateurs l’an dernier. Pour la neuvième édition qui aura lieu ce jeudi, le comité organisateur, qui se renouvelle partiellement au gré des promotions, espère atteindre le même objectif. 

    Une affiche alléchante

    L’affiche 2015 ne manquant vraiment pas d’allure, on peut résolument miser sur un nouveau succès. Le menu de cette édition se déclinera entre concerts pop-rock sur la grande scène et DJ-sets électro sur la plus petite. Dans les deux cas, la programmation fait la part belle aux artistes du cru. Berry Hope, Pepper Grain et Noisy Way, qui se succèderont sur la grande scène en début d’exercice, sont ainsi tous les trois issus de la région liégeoise. Ils seront suivis par StevN, un jeune auteur-compositeur d’à peine 22 ans qui se distingue avant tout pour son incroyable jeu de guitare. A voir. Dans la foulée, on se réjouit de revoir à l’œuvre les rockeurs teigneux de Big Moustache Bandits. On retrouvera ensuite deux authentiques têtes d’affiche avec les excellents anglais d’Electric Swing Circus et les liégeois d’Okapi & The Architects, vainqueurs du Tremplin des Solidarités cette année.

    Des DJ’s en vue et une tête de taureau

    DJ Pierre2 (c) libre de droits.jpgParmi les DJ’s chargés d’animer la plus petite scène, on retrouve également des habitués des nuits liégeoises avec le Hi Cool Kid Gang. Le public peut également s’attendre à en prendre plein la vue devant la prestations de la star belge des platines Dave Lambert, qui se produira à Liège sous le pseudonyme de DJ Bull et portera pour l’occasion un imposant masque de taureau. Le bouquet final sera assuré par le mythique DJ Pierre (photo) et Tao H, un bordelais qui monte depuis quelques années sur la scène électro.  Les mines seront sans doute un peu grises vendredi matin dans les auditoires.

    • Unifestival, le 01/10 (17h-2h) sur le campus de l’ULg-Sart Tilman (gratuit).
    • Un village des saveurs proposant de la nourriture et des boissons à prix démocratiques sera dressé sur place.
    • Le site du Sart-Tilman est accessible en bus avec les lignes 48. Des navettes gratuites permettront aux festivaliers de regagner le centre-ville entre minuit et 3 heures du matin.
    • www.unifestival.org
  • Miss Italia Belgio se marie sur TF1!

    Quatre mariages pour une lune de miel.jpgCrédit photo: POHARP-photographie. Un jeune couple de Visétois de 25 ans participe cette semaine à l’émission « Quatre Mariages pour une Lune de Miel » diffusée sur la première chaîne française TF1. Mariée à Antonio Losciuto, Gabrielle Crapanzano avait été élue « Miss Italia Belgio » en 2013

    Les Belges ont plus que jamais la cote dans les émissions de téléréalités françaises. « Nous ne nous sommes pas inscrits au casting », nous explique Gabrielle. « Nous avons été repérés lors de notre visite au salon du mariage à Bruxelles en 2014. La production ne savait pas que j’avais été couronnée Miss Italie en Belgique. Et nous n’en avons jamais joué. TF1 l’a seulement découvert le dernier jour de tournage avec de la diffusion d’images surprises lors du mariage. » Un tournage qui s’est déroulé en plusieurs étapes en avril, mai et juin dernier. « Ils sont venus tourner quelques images chez ma maman à Visé lors des préparations de la cérémonie. Ils n’étaient pas présents à la commune mais ont filmé à l’église et à la fête qui s’est déroulée au château de Modave. »

    Sur l’issue finale du jeu, la discrétion est de mise chez les jeunes mariés. « Par contrat, nous ne pouvons rien dévoiler. Je peux juste vous dire que ce fut mouvementé entre les mariés juges lors de notre mariage. Et en nous quittant, l’équipe de TF1 nous a glissé un joli compliment en nous confiant que notre mariage était l’un des plus beaux depuis la création de l’émission. » Les Liégeois semblent en tout cas avoir de bonnes chances de remporter la finale qui sera diffusée vendredi.

    > Crédit photo: POHARP-photographie.

  • Urban Building : une boîte 100% Hip-Hop bientôt dans l'ancien Real à Tongres

    Salim Real.jpgL’ancien Real Club à Tongres s’apprête à connaître un nouveau changement de taille. Entre ses murs ouvrira le samedi 10 octobre prochain les portes du premier club de Belgique entièrement dédié à la musique et à la culture Hip-Hop. Un projet soutenu par Salim Imid, un jeune Liégeois organisateur de soirées qui s’est associé au restaurant Les Coulisses.

    Depuis la disparition du Nunu Club, l’ancien Real a été repris et divisé en deux clubs distincts : le Xoda et le Real. Cette fois, c’est un petit jeu de chaises musicales qui va s’opérer. Le Real remplacera le Xoda qui lui, disparaitra pour céder sa place à un nouveau club. Une discothèque entièrement dédiée à la musique urbaine : le nouveau venu « Urban Building ». La légendaire discothèque de Tongres a par tradition toujours accueilli une forte population liégeoise dans un savant mélange de musiques house, techno et electro. Mais cette fois, ce célèbre lieu nocturne va rencontrer un véritable bouleversement et opérer un virage à 180 degrés. Si le Real subsistera en format plus petit juste à côté, le nouvel Urban Building sera quant à lui un temple dédié à la culture Hip-Hop disposé sur deux étages. Un nouvel établissement qui pourra accueillir 700 personnes les samedis soirs.

    AVEC LES COULISSES

    Ce projet a été imaginé par le Liégeois Salim Imid qui s’est associé pour la cause au restaurant et bar lounge du centre-ville Les Coulisses. « J’organise depuis quelques années déjà les soirées itinérantes God Bless Hip-Hop », intervient ce Liégeois de 26 ans originaire de Bressoux qui fut également le président des Jeunes du quartier de Droixhe-Bressoux. « Mes soirées rencontrent un joli succès auprès des jeunes avec plus de 2.000 personnes à chaque édition. Que ce soit à la Caserne Fonck, à Oh Oui Beach cet été ou encore récemment au Mirano à Bruxelles, la foule est au rendez-vous et nous jure désormais fidélité. Et vu que je collabore également régulièrement avec Les Coulisses qui consacrent ses jeudis à la musique Hip-Hop, l’idée de créer notre propre club a rapidement émergé. Aucun endroit ne proposait ce genre de produit. Nous avons donc eu l’idée de créer le premier club de Belgique consacré à la musique dite urbaine afin de répondre à cette demande. »

    UN MUSEE DU HIP-HOP

    Si ce nouveau club vaudra le détour pour sa programmation musicale, il sera également unique pour sa décoration. « Nous avons voulu créer un véritable musée du Hip-Hop avec des figures emblématiques américaines comme Tupac et Notorious BIG. Pour cela, j’ai fait appel au designer bruxellois Sylvio Marchese à qui l’on doit le relooking des plus grands clubs bruxellois et de Wallonie. » Le public visé sera bien évidemment liégeois, mais pas seulement. « Nous drainons une clientèle qui va de Mons à Namur en passant par Huy et Liège. C’est dans ce cadre que des navettes, uniquement réservées aux filles, seront prévues au départ de ces villes tous les samedis. Mais nous comptons bien attirer également des gens d’Hasselt, de Tongres et même de Bruxelles. » Voilà en tout cas un nouveau challenge pour un lieu qui tentera une énième fois de retrouver son lustre d’antan.