- Page 2

  • Un deuxième album de toute beauté pour Gaëtan Streel

    Gaëtan Streel 1 (c) GillesDewalque.jpg

    C’est un des garçons les plus attachants de la scène rock liégeoise. Actif depuis plus de 20 ans dans ce petit monde haut en couleur, Gaëtan Streel jongle avec les casquettes d’auteur, de compositeur, d’interprète et de producteur, pour ses propres projets et ceux des autres. Déjà connu sous les pseudos de Mr Poulpy et Me and My Machines, il vient de publier « Two days at a time », son deuxième opus sous son nom de baptême. Un disque à la fois riche et lumineux où il délaisse pour la première fois l’anglais pour proposer quelques textes en français.

    « Cela fait très longtemps que j’écris des textes dans ma langue maternelle », révèle celui qui rêvait d’être romancier avant de se lancer corps et âme dans sa passion pour la musique. « Au départ, mon disque précédent devait d’ailleurs être un double album avec la moitié des chansons en anglais et l’autre moitié en français. Je me suis finalement rendu compte qu’il n’était pas nécessaire de cloisonner les choses à ce point. Sur ce nouveau disque, les deux langues cohabitent sans que ça ne pose le moindre problème. Je suis enfin parvenu à être en paix avec ça. »

    Gaëtan Streel - pochette de Two Days at a Time.jpg

    30 dates de concert réservées en 24h

    Naviguant entre mélodies pop entêtantes et passages plus introspectifs, « Two days at a time » est probablement la plus grande réussite de Gaëtan Streel à ce jour. Au fil des écoutes, le disque révèle un à un ses secrets, à l’image d’un roman à tiroirs que l’on veut relire dès qu’est passé le mot « Fin ». Bien décidé à défendre ce disque dont il peut être fier, le liégeois s’est lancé dans un pari fou : se produire trente fois en concert entre trente jours. Un véritable marathon qui a débuté le 1er avril dernier et qui se poursuivra jusqu’au 30. « L’idée de cette tournée un peu particulière vient de mon label », précise-t-il. « Ils cherchaient une manière originale de promouvoir la sortie du disque et ils m’ont proposé celle-là. Après avoir obtenu mon accord, ils ont lancé une plateforme sur Internet où les gens pouvaient s’inscrire pour que je vienne jouer chez eux avec mes musiciens. Cafés, salles de concert et même des particuliers, toutes les demandes étaient acceptées à condition que les candidats se débrouillent pour attirer du monde et nous donnent accès à une prise de courant. J’avoue que j’ai eu un peu peur d’un manque d’intérêt lorsque l’initiative a été lancée, mais j’ai finalement été heureux de voir que toutes les dates avaient été réservées en 24 heures ! On a même pu constituer une liste d’attente, au cas où il y aurait des désistements de dernière minute. »

    Cette tournée infernale passera encore plusieurs fois dans la région liégeoise (voir ci-dessous). On ne saurait que trop vous conseiller d’aller voir le bonhomme et son groupe en live. Dans le cadre intimiste d’un appartement ou celui plus conventionnel d’une plaine de festival, leurs jolies mélodies font mouche à tous les coups.

     Gaëtan Streel 2 (c) GillesDewalque.jpg> Gaëtan Streel – « Two days at a time », disponible chez les disquaires et sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement.
     > Ses prochaines dates de concert :

    • 08/04 : Glaïeuls Paradise - Bxl - www.glaieulsparadise.be
    • 09/04 : Moulin Fantôme - Tubize
    • 10/04 : Centre de Jeunes Les Récollets - Verviers
    • 11/04 : En appartement
    • 12/04 : En appartement
    • 13/04 : En appartement
    • 14/04 : 48 FM - Liège - www.48fm.com
    • 15/04 : Flat Sessions - Fallais
    • 16/04 : Cour St-Jean - Liège
    • 17/04 : La Parra - Liège
    • 18/04 : Académie des Beaux Arts - Liège (réservé aux étudiants)
    • 19/04 : En appartement
    • 20/04 : Le Grenier - Stavelot
    • 21/04 : Le Ribômont - Malmedy
    • 22/04 : Clair Obscur - Liège - www.clairobscur.be
    • 23/04 : Sofar Belgium Liège + Hou'tain Rock
    • 24/04 : La Tchatche - Chastre - www.latchatche.be
    • 25/04 : Dans une école à Evere
    • 26/04 : En appartement
    • 27/04 : TBA
    • 28/04 : En appartement
    • 29/04 : La S Grand Atelier - Vielsam - www.lasgrandatelier.be
    • 30/04 : Les Aralunaires - Arlon - www.aralunaires.be

    Crédit photos : Gilles Dewalque

  • Festival ImagéSanté: rencontres avec Christophe Lambert et Sandrine Bonnaire

    Christophe Lambert et moi.jpgChristophe Lambert sera à l'affiche du prochain film de Claude Lelouche

    L’acteur français Christophe Lambert était l’invité d’honneur du récent Festival « Imagésanté » de Liège. Il en a profité pour présenter le film intitulé « Un + Une » sorti en décembre dernier. Un film réalisé par Claude Lelouche, qu’il va bientôt retrouver, où il joue aux côté de Jean Dujardin. Nous l’avons rencontré et évoqué avec lui son actualité au cinéma.

    Bonjour Christophe, parle-nous de ce film avec Lelouche ?

    Quand Claude Lelouche réussi un film, il ne le fait pas à moitié. C’est un film parle d’amour et d’humanité. Nous en avons bien besoin. Le sujet est traité à la manière de Lelouche. L’amour y côtoie l’humour. Et vice-versa. Ce sont deux sentiments qui pour moi vont de pair.

    C’était votre première expérience commune.

    Oui mais j’ai vu et aimé tous ses films. Il aime vraiment ses acteurs et cela se ressent dans sa façon de diriger. Car un acteur a besoin d’être aimé et de se sentir aimé pour bien jouer.

    Allez-vous rééditer l’expérience ?

    Nous avons un projet ensemble. Cette fois, je devrais y tenir le premier rôle. Ce sera un film choral avec 25 acteurs. Mais je n’en dis pas plus.

    Sur « Avé, César ! », tu as également travaillé avec les frères Coen.

    Il m’était impossible de refuser un film des frères Coen. S’ils m’avaient demandé de fermer une porte, j’y allais en courant. Leur plateau est vraiment impressionnant. C’est très coloré et très structuré. On a l’impression qu’ils ne font qu’un.

    Quel fut ta relation avec les autres acteurs ?

    J’ai été en contact avec Channing Tatum. J’y joue le rôle d’un directeur de comédie musicale. Mais j’ai également rencontré Ralph Fiennes. Et j’ai une scène avec Josh Brolin. Il y a avait énormément d’acteurs sur ce film, comme George Clooney. Mais nous ne nous sommes pas rencontrés.

    Quels sont tes autres projets ?

    Je vais bientôt tourner avec un autre Lellouche, mais Gilles cette fois. Ce sera un film d’action. Un genre policier qui se déroulera dans le milieu des Hells Angels. Il y aussi le film américain « Electric Slide » que j’ai tourné en 2014 et qui pourrait bientôt sortir en Europe. C’est une histoire vraie qui se déroule dans les années 80 sur des braquages.

    Quel regard portes-tu sur la Belgique ?

    Ma mère est belge. Je possède dès lors des centaines de cousins aux quatre coins de la Belgique. J’aime l’esprit belge. Ce sont des gens vrais, entiers. J’apprécie la franchise et le franc parler des Belges.

    Le buzz des Césars

    "Ce n’était qu’un… Tube d’aspirine !"

    Christophe Lambert et moi 2.jpgChristophe Lambert a créé le buzz lors de la 41e cérémonie des Césars qui avait lieu le 26 février dernier à Paris. Il est apparu sur scène pour remettre un prix avec une impressionnante bosse située à l’entre-jambe et qui laissait présager des attributs masculins hors du commun. « Cette histoire m’a beaucoup fait rire. Rien n’était préparé. Je peux vous le jurer ! L’explication est très simple et peu glamour. J’étais grippé. Avant de monter sur scène, j’ai avalé un cachet d’aspirine. Machinalement, j’ai glissé le tube dans ma poche de pantalon. Je suis vraiment désolé de décevoir celles qui s’étaient imaginées autre chose. Par contre, que les hommes se rassurent. Je suis normalement constitué (rires). »

    Voilà donc l’explication d’un buzz qui aura fait couler beaucoup d’encre.

    Photo: Sophie Kip.

    Sandrine Bonnaire: un film sur l’endoctrinement et un documentaire sur Jacques Higelin

    Sandrine Bonnaire.jpgL’actrice et réalisatrice française Sandrine Bonnaire était également de passage à Liège ce mardi dans le cadre du Festival « ImagéSanté ». Nous en avons profité pour la rencontrer.

    Présente pour parler de son film « La Dernière Leçon » qui traite d’euthanasie, Sandrine Bonnaire est abonnée ces derniers temps aux sujets graves et sensibles. Comme ce fut encore le cas dernièrement avec « Elles… Les filles du Plessis », diffusé le 8 mars dernier sur France 3 et qui traitait du trafic d’enfants. « Je pense que le cinéma et la télévision sont de bons supports pour parler de thèmes importants. On connait ces histoires, mais nous avons tendance à les oublier. Ce sont des petites piqures de rappel. En tant que citoyenne, ces thèmes me touchent. Tourner dans ces films fait partie de mes combats de femme. »

    Et son prochain film sera également plus que jamais au centre des débats. « Le Ciel Attendra », de la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar, parlera de l’endoctrinement. Un sujet sensible qui fait partie de l’actualité en France comme en Belgique. « C’est d’autant plus symbolique que le tournage a débuté deux jours à peine après les attentats de Paris. L’endoctrinement, quel que soit son origine ou sa source, est un fléau actuel très grave. En parler au cinéma était un pari osé. Nous avons d’ailleurs collaboré sur ce film avec une consultante de l’état. C’est l’histoire de deux familles. Clotilde Courau et moi interprétons les deux mamans. » Un film dont la sortie est prévue courant de l’année 2016.

    Notons encore que Sandrine Bonnaire passera prochainement derrière la caméra pour un documentaire sur la vie de Marianne Faithfull, la célèbre chanteuse de rock et actrice anglaise. « J’avais déjà tenté cet exercice avec un documentaire sur la vie de Jacques Higelin. C’était un choix évident pour moi. » Un tournage qui débutera au printemps.