Disco - Page 2

  • Clubbing et crise sanitaire: les discothèques rouvriront en dernier lieu

    Royal Room 1.jpg

    Depuis le 14 mars, le secteur Horeca a fermé ses portes et subit de plein fouet la crise sanitaire. Au même titre que les restaurants, les bars ou les cafés, la situation des discothèques et des petits et moyens événements festifs n’a pas encore été évoquée par les autorités.

    Mais voilà un secteur particulier où la distanciation sociale et les prochaines mesures sanitaires annoncées dans le secteur Horeca ne pourront pas être appliquées. Pourtant généralement intégré dans la même commission paritaire que les restaurants, bars et autres cafés, le bout du tunnel semble encore loin pour tous les acteurs du clubbing.

    "J’essaye de rester serein et positif, mais nous savons pertinemment bien que nous serons les derniers à pouvoir rouvrir", analyse Joël Wellekens le patron du Royal Room à Rocourt. Une discothèque qui emploie entre 17 et 24 personnes suivant les soirées. "Je ne me sens pas particulièrement oublié dans cette crise. Mais les mesures sanitaires et de distanciation sociale sont totalement ingérables dans notre domaine. Nous faisons partie d’un secteur de masse où il est actuellement impossible de se prononcer quant à un éventuel retour. Reprendre notre activité en septembre serait déjà bien. Mais je n’envisage pas d’ouvrir tant que les conditions de sécurité ne seront pas optimales et garanties pour nos clients et notre personnel."

    Des solutions alternatives

    Organisateur d’événements clubbing récurrents et itinérants durant toute l’année (Beach Box, United Holi Colorz), Tony Vermiglio planche avec son équipe sur des solutions alternatives.

    "Aucune décision ferme et définitive n’ayant été annoncée concernant les petits et moyens événements, nous avons travaillé sur différentes formules en extérieur comme en intérieur. Une charte de sécurité a même été rédigée."

    Rappelons que tous les grands événements ont été annulés en Belgique jusqu’au 31 août prochain.

    "Mais nos événements s’étalent sur trois semaines. La fréquentation par jour se situe en-dessous des 1.000 personnes. Nous employons une soixantaine de personnes en direct. Sans oublier les nombreux prestataires et les artistes. L’enjeu est donc de taille. S’il est prématuré de prendre des décisions fermes et définitives à l’heure actuelle, nous sommes dans l’attente du prochain conseil de sécurité."

     

    Voici à quoi ressemblera la Beach Box de Coronmeuse..
    La Beach Box à Coronmeuse.

    Sans garantie que ce secteur soit évoqué par notre première ministre. "C’est pourquoi nous ne fermons la porte à aucune éventualité. Tout en conservant comme priorité la sécurité pour tous. Nous ne prendrons aucun risque."

    Au clubbing et aux discothèques s’ajoute encore la situation du Carré à Liège où l’on imagine mal l’application et le respect des distanciations sociales dans les cafés et sur ses terrasses.

    Serveur en discothèque, il s’est reconverti dans un Intermarché

    Sans aucun revenu du jour au lendemain, de nombreux acteurs du clubbing et autres intermittents du monde de la nuit se sont retrouvés démunis à l’annonce de la fermeture des établissements.

    Parmi eux, Zamorano Echevarria a dû se reconvertir dans un secteur qui œuvre en première ligne. « J’ai 33 ans et serveur était mon activité professionnelle principale », intervient cet habitant de Bressoux. Celui que ses amis et ses clients surnomment « Zamo » travaille depuis bientôt dix ans comme serveur dans l’événementiel. A l’Alhambra Club, comme lors de soirées itinérantes ou encore au Barocco à Vreren.

    Zamorano Echevarria.jpg

    "En 24 heures, je me suis retrouvé sans aucun revenu. Et sans aucune garantie ni perspective de reprise de mon activité. Je suis papa d’un petit garçon de sept ans. Ne bénéficiant d’aucune aide, ni du chômage ou du CPAS, il m’a fallu trouver rapidement une solution."

    Et c’est dans la grande distribution qu’il a su rebondir. "Une semaine après le confinement, j’ai été engagé au Lidl à Ans, puis à Boncelles comme intérimaire. Depuis un mois et demi je travaille à l’Intermarché de Seraing. Je compte bien continuer dans cette voie et conjuguer mes deux activités le jour où les discothèques reviendront." VINCENT ARENA

  • Stars 80 à Liège: un triomphe et une deuxième date !

    STARS 1.pngEn une semaine à peine, 95% des tickets pour le concert événement Stars 80, qui aura lieu le samedi 21 avril 2018 à Liège, ont été vendus. Un succès tel que les organisateurs ont décidé d’ouvrir une seconde date le lendemain, le dimanche 22 avril au même endroit et dans les mêmes conditions. Les tickets sont disponibles dès à présent en ligne et dans les points de vente.

    Stars 80 à Liège en 2018 est une initiative de la société Createvent en collaboration avec le groupe Sudpresse qui soutient le projet. « Nous avons été submergés de demandes lors de l’annonce de la première date », explique Lucas Pierre de Createvent. « Nous ne nous attentions pas à un tel succès en si peu de temps. En quelques jours à peine, nous avons écoulé la majorité des places disponibles au Country Hall. D’après moi, je pense que c’est une première pour Stars 80 en Belgique. » Très vite, Lucas et son équipe ont compris qu’ils ne pourraient pas répondre à toutes les demandes. « Surtout que notre campagne de communication ainsi que la publicité n’ont pas encore démarré. Il nous reste quatre mois avant l’événement. Nous aurions été très tristes de devoir refuser du monde durant cette longue période. C’est pourquoi, en concertation avec la production française, nous avons décidé de faire plaisir au public liégeois en ajoutant une seconde date, le lendemain dimanche. » Un deuxième jour qui ne fut pas évident à mettre sur pied. « En effet, les négociations furent très compliquées. Mais au final, nous allons bien pouvoir proposer deux dates, le 21 et 22 avril prochains avec un véritable week-end Stars 80 à Liège au Country Hall. C’est vraiment exceptionnel. D’autant plus que ces deux dates sont les dernières d’une tournée phénoménale qui rencontre un succès énorme partout en France. » Concrètement, un second concert aura lieu au même endroit, au Country Hall de Liège, le dimanche 22 avril à partir de 19 heures. « Avec la pause, le spectacle dure plus de 2h45 », continue Lucas Pierre. « Le lendemain était un lundi, nous avons décidé de commencer plus tôt. Nous accueillerons les VIP à partir de 16h30 avec un repas trois services. Par contre, nous ne prévoyons pas pour l’instant d’After Party le dimanche soir après le concert. Sauf en cas d’une réelle et massive demande du public. Par contre, je peux vous assurer que le spectacle et la fête, avec un DJ en première partie, seront les mêmes le dimanche que la veille. Et quelques surprises ne sont pas à exclure. Nous y travaillons. » VINCENT ARENA

    Comment acheter vos tickets

    STARS 2.pngIl reste encore quelques places uniquement debout, les dernières, ainsi que quelques formules VIP pour le concert et la soirée « After Party » du samedi 21 avril au Country Hall. Les tickets et les différentes formules (assis, debout et VIP) pour le dimanche 22 avril sont en vente depuis ce lundi matin. Les tickets (pour les deux jours) sont disponibles dès à présent en ligne sur le site www.ticketmaster.be, à la FNAC et dans les librairies Night & Day. Plus d’infos sur le site www.createvent.be. V.A.

  • Le DJ liégeois Edouard mixe... en vidéo! (découvrez la vidéo)

    ED.jpgDJ bien connu de la région liégeoise, Edouard propose depuis peu une nouvelle façon de travailler. En marge de ses prestations classiques, il mixe désormais également en vidéos. Nous l’avons rencontré dans son studio.

    A 43 ans, Edouard distille ses sons derrière les platines depuis plus de 25 ans. Technicien hors pair dans son domaine, il a été résident par le passé à l’Up Side, aux Planches, au Dockside, au Louise Gallery ou encore au Millenium. Vous l’avez peut-être croisé dernièrement au Cube à Barchon, au Royal à Rocour ou encore à La Guimbarde et au Celtic au centre-ville.

    « J’ai toujours été attiré par l’aspect technique du métier. Ces dernières années, la technologie s’est imposée chez les DJ’s. Désormais, tout est numérique. Si le mixe en lui-même est demeuré le même, l’évolution passe indéniablement par l’informatique. » C’est de là qu’est né ce nouveau concept original et ludique qu’Edouard a baptisé « Universal Videos Mixers ». « Je suis toujours à l’affut des dernières nouveautés et autres innovations. C’est l’achat d’un nouvel ordinateur qui m’a permis d’exploiter cette nouvelle application vidéo. » C’est un travail de titan de plus de huit mois qu’Edouard a effectué au quotidien pour se lancer dans l’aventure. « Le principe est simple : désormais je propose en soirée de mixer non pas seulement des sons et des musiques, mais également des images, des clips vidéos et des visuels qui réagissent en interaction directe avec la musique. C’est un peu comme si vous regardiez une chaine musicale sur votre télévision. Le son est mixé dans le tempo et les images suivent le rythme de la musique. En plus du matériel habituel, je dispose d’un écran vidéo de contrôle. Le public peut suivre les images et le mixe en direct sur des écrans géants disposés dans l’établissement. » Une petite révolution qui a nécessité un gros investissement en temps mais aussi en matériel. « Je suis reparti de zéro. Car il faut pour ce concept non pas des titres musicaux mais des titres officiels en vidéos. J’ai acheté la licence et me suis déjà procuré plus de 8.000 titres en vidéos qui vont des années 50 à nos jours. »

    Voilà en tout cas une nouvelle façon de faire la fête qui devrait en ravir plus d’un et qui a déjà récolté tous les suffrages lors des premiers essais. Envie de découvrir cette nouvelle façon de faire la fête ? Edouard vous attend dès la rentrée le vendredi au Celtic à Liège et une fois par mois dès octobre au Royal à Rocour. VINCENT ARENA

    LA VIDEO