Théâtre - Page 2

  • Interview de Leona Winter (The Voice France): "J'ai réalisé mon rêve de gosse à Liège"

    B9718973911Z.1_20190320195631_000+G98D6Q591.2-0.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Rémy Solé est le transformiste français originaire de Perpignan qui s’est présenté à l’émission The Voice France sur TF1 sous les traits de la chanteuse Leona Winter. Désormais qualifié dans l’équipe de Jenifer, il passera prochainement à l’étape supérieure, celle des « K.O. ». En attendant, nous l’avons rencontré dimanche dernier au Trocadero. Celui qui a vécu pendant un an à Liège était de passage au Troca à l’occasion de la dernière représentation de la revue.

    D’où vient ce personnage?

    Je l’ai créé en 2012, à 17 ans. Nous avons déménagé avec mon mari du côté de Barcelone pour monter un cabaret. Le jour de l’ouverture, je suis monté sur scène en femme. C’était complètement improvisé. Les gens ont aimé. Il y avait une dimension supplémentaire.

    Vous aviez déjà chanté en homme?

    Oui, bien entendu. Je chante depuis mes 8 ans. Me transformer, c’était au départ un coup commercial pour attirer les gens. Mais je me suis vite pris au jeu. Je me suis senti beaucoup plus à l’aise sur scène.

    Pourquoi?

    Car je vois que je plais en femme et ça me permet de faire tomber des barrières.

    D’où vient ce pseudonyme?

    Au départ, c’était Miss Leona. Car je suis fan de Leona Lewis. Mais quand j’ai remporté le concours de Miss Europe Continental, j’ai dû changer mon nom.

    Comment êtes-vous arrivé à Liège ?

    Une troupe belge est passée dans notre cabaret en Espagne. Nous avons voulu les suivre et vivre une nouvelle aventure en Belgique. L’amitié et le bouche-à-oreille ont fait le reste. J’ai remplacé une chanteuse malade en dernière minute au Trocadero.

    Que retenez-vous de Liège ?

    J’aime beaucoup y revenir. Le public y est très pointilleux et il apprécie l’art. Les Liégeois sont attentifs et à l’écoute. Et puis, j’ai réalisé mon rêve de gosse au Troca en tant que meneuse de revue. J’en rêvais depuis tout petit.

    Quel genre vous définit le mieux ?

    Je sépare bien les deux. Dans le privé, je suis Rémy, un homme. Par contre, une fois sur scène en Leona, je me présente et me considère comme une femme. Mais l’artiste demeure Rémy. En homme ou femme, je chante de la même manière. Mais Leona fait tomber la barrière de la pudeur en moi. J’ai besoin de Leona et Leona a besoin de Rémy.

    Pourriez-vous chanter en homme ?

    Sincèrement, je ne sais pas. Tout se fera en fonction de l’évolution du personnage et des rencontres. Les portes sont ouvertes. Je n’ai que 24 ans.

    Comment cette différence a-t-elle été accueillie ?

    Étonnement, très bien. J’ai même été surpris. Après la mésaventure de Bilal à l’Eurovision, je pensais me faire descendre.

    Quel regard portez-vous sur cette polémique ?

    J’étais triste pour lui, mais aussi pour le regard sur la communauté. On se met à nu sur scène. Mais je l’ai trouvé très fort. Je l’ai beaucoup suivi. Il m’a poussé à avancer.

    Et après The Voice ?

    J’ai envie de découvrir d’autres horizons, réaliser un album et pourquoi pas faire du théâtre. VINCENT ARENA

  • Un Liégeois dans la nouvelle saison de "Zone Blanche" sur France 2

    C’est une nouvelle étape dans la carrière de Gilles Vandeweerd. Déjà aperçu dans la série « Souviens-toi » aux côté de Marie Gillain et le film « Le Collier Rouge » avec François Cluzet, ce jeune comédien liégeois figure cette fois au générique de la série « Zone Blanche », dont la deuxième saison sera diffusée dès ce lundi en Prime Time sur France 2. Portrait d’un jeune surdoué qui a bien failli ne jamais embrasser une carrière d’acteur.

    Lire la suite

  • "Ce que disent les Liégeois": le 5e épisode est diponible sur le web !

    21.png

     

    Et en à peine une heure ce mardi, ce cinquième épisode comptait déjà plus de 10.000 vues sur le coup de midi. « Je ne pensais pas réaliser autant d’épisodes », nous confie Pierre Ligot. « Mais il y a tellement d’expressions liégeoises que je ne pouvais pas m’arrêter après le succès du premier. »

     

     

     

    Véritable phénomène sur les réseaux sociaux, principalement sur Facebook et YouTube, ces capsules humoristiques en format court rencontrent à chaque volet un véritable raz-de-marée auprès des Liégeois sur la toile. «  J’ai carrément une bible chez moi où je note toutes mes idées au fur et à mesure. Je note ce que j’entends dans la vie de tous les jours. Et je peux vous assurer que j’ai encore de la matière. »

    De là à déjà penser à un sixième épisode… «  Je ne sais pas si l’aventure continuera. Je travaille actuellement sur mon nouveau projet. Une série humoristique qui sera diffusée dès le printemps prochain exclusivement sur internet. Mais on ne sait jamais. »

    Avec les Dardenne et Bouli Lanners ?

    Les quatre premiers épisodes de cette saga dédiée aux expressions liégeoises comptent plus de 7,5 millions de vues sur internet. « C’est dingue ! L’engouement des gens est incroyable. Ici, en à peine une heure, ce nouvel épisode avait déjà été vu plus de 10.000 fois. C’est grâce aux frères Taloche qui ont apprécié mon travail que Virginie Hocq a accepté de jouer le jeu. Avec Martin Charlier, ce sont les deux nouveaux invités de ce cinquième volet. »

    Et à qui peut-on s’attendre pour un éventuel sixième opus ? « Ce serait très drôle de faire tourner les réalisateurs liégeois, les frères Dardenne et Bouli Lanners. » Voilà un appel du pied qui est désormais lancé. VINCENT ARENA