Chanson

  • Interview: Les Charlots débarquent à Grâce-Hollogne

    Pourquoi ce retour sur scène ?

    Nous avions envie de remonter sur les planches. Je trouve très marrant ce petit côté nostalgique. Nous avons toujours conservé cet état d’esprit typiquement Charlot. On s’est vraiment bien amusé à l’époque et ça nous manquait vraiment. C’est toujours un plaisir de se retrouver car nous sommes tous restés amis.

    Il manque Luis et Phil, que sont-ils devenus ?

    Gérard nous a malheureusement quittés en 2012. Quant à Luis Rego et Gérard Philippelli, ils font de la guitare de leur côté avec un tribute des Rolling Stones. Ils n’avaient pas spécialement envie de remonter sur scène. L’idée de revenir avec Les Charlots est née du retour de Jean-Guy. Avec Richard Bonnot, qui a succédé à Gérard Rinaldi en 1986 suite à sa carrière au théâtre, nous sommes désormais trois à faire revivre Les Charlots.

    Que proposerez-vous le 12 octobre ?

    C’est un spectacle dans l’esprit des Charlots ! Un mélange de chansons, de sketchs et d’anecdotes typiquement dans l’humour qui a fait notre succès. Nous interpréterons tous nos titres connus comme « Merci Patron », « L’apérobic », « Derrière chez moi », « Paulette », etc. Nous travaillons également sur de nouvelles chansons.

    Une anecdote ?

    J’en ai deux. Récemment une jeune fille est venue me demander un autographe… pour sa grand-mère ! Ou encore ce cafetier qui allait fermer boutique et qui m’a reconnu. Il m’a dit hilare et avec un large sourire que « de tous les Charlots, c’était moi le plus con ! ».

    Il paraît que vous connaissez bien la Belgique ?

    Nous sommes souvent venus chez vous. Déjà avec notre premier groupe « Les Problèmes », nous avions accompagné Antoine à l’Ancienne Belgique. Et puis, nous avons découvert Les Gauff’. Ils sont un peu nos fils spirituels. Sur scène, ils nous rappellent des souvenirs. Tout en étant plus actuels, nous nous reconnaissons en eux.

    Que pensez-vous de la relève actuelle ?

    Depuis l’époque des Inconnus qui pratiquaient le même humour que nous en tant que chansonniers, il n’y a plus grande monde en qui nous nous reconnaissons.

    Quel est votre plus grand regret ?

    Certainement celui de ne pas avoir pu réaliser ce film avec Louis de Funès. Nous nous étions rencontrés pour un projet de film qui devait s’appeler « Merci Patron » où nous étions ses employés. Il nous avait fait énormément rire. Nous devions également participer au premier projet de « L’Aile ou la Cuisse ». Mais nous nous sommes fâchés pour des bêtises avec le frère de Jean-Guy, le producteur Christian Fechner. VINCENT ARENA

    > Les Charlots en spectacle le samedi 12 octobre à la Salle des Lilas à Grâce-Hollogne. Tickets (25€) au 0475/65.10.28.

  • Dalton Telegramme a fait sa mue

    Ce n’est pas qu’un deuxième album, c’est un nouveau départ. Trois ans après « Sous la Fourrure », Dalton Telegramme revient avec un second opus baptisé « Victoria ». Changements d’effectifs, virage musical, nouvelle approche dans l’enregistrement… sans renier son passé, la formation liégeoise a su se réinventer complètement. Entretien.

    Lire la suite

  • Concerts: Tragédie aux Fêtes de Wallonie à Grâce-Hollogne

    Les auteurs de « Hey Oh » et « Sexy pour moi » seront présents à Grâce-Hollogne le 7 septembre

    L’affiche des Fêtes de Wallonie 2019 est désormais connue à Grâce-Hollogne. Après Émile et Image en 2017 et Cock Robin l’année dernière, c’est le groupe de R&B « Tragédie » qui a connu plusieurs succès au début des années 2000 qui en sera la tête d’affiche le samedi soir.

    « Nous avions axé notre programmation les deux dernières années sur les années 80 », nous explique de concert le service de la culture de la commune et les partenaires organisateurs. « Cette année, nous voulions apporter un petit coup de jeune à la programmation tout en demeurant dans la nostalgie des années 2000 avec une musique qui parle au grand public. » Une décennie plus que jamais tendance et qui revient sur le devant de la scène un peu partout en Europe.

    « Encore mieux qu’à l’époque »

    Le chanteur Tizy Bone tourne désormais à nouveau depuis trois ans avec son groupe Tragédie qu’il a créé en 2003. Date à laquelle est sorti son premier album studio avec les succès « Sexy Pour Moi », « Hey Oh » ou encore « Gentleman » l’année suivante. « Ce qui nous arrive depuis trois ans, c’est encore mieux qu’à l’époque ! J’avoue que ça fait du bien de revenir. Une preuve que nous sommes de vrais artistes. »

    Après une séparation et une tentative de reformation en format 3.0, Tizy Bone fait désormais duo avec Az. Ils seront ensemble sur la scène des fêtes de Wallonie de Grâce-Hollogne le samedi soir à minuit en clôture de la journée. « Nous avons essayé de nous produire à trois. Mais c’est à deux que le public nous attend. » Un public qui est désormais de nouveau au rendez-vous. « Nous tournons régulièrement depuis trois ans. Nous sortons de trois grosses tournées en Chine. Et 23 Zénith sont programmés prochainement en France avec la tournée dédiée aux années 90. Un beau tremplin pour notre nouvel album qui sortira fin d’année. »

     

    Nostalgie

    Si le public est de nouveau au rendez-vous, force est de constater que les plus jeunes ont emboîté le pas aux quadragénaires. « J’ai 39 ans et ma génération vient nous voir par nostalgie. Par contre, nous sommes toujours très étonnés et ravis de constater que les plus jeunes de 15-17 ans sont les plus nombreux à nos concerts. Ils connaissent les paroles et chantent nos chansons ! La preuve que la musique ne meurt jamais. »

    Une génération qui ne dispose pas des mêmes codes, ni de l’insouciance de ses aînés mais qui adhère tout de même au concept. « Cette nostalgie des années 90 et 2000 agit un peu comme un vaccin. La musique urbaine a changé. Elle ne véhicule plus les mêmes valeurs positives comme à notre époque. Aujourd’hui, les thèmes sont plus négatifs. On y parle de drogue, de sexe à outrance. Et le respect des femmes est mis à l’épreuve. Nous avions un peu plus de retenue. »

    Quinze artistes durant trois jours

    C’est sur la place du Pérou que la grande scène accueillera 15 groupes et artistes durant les trois jours.

    Vendredi de 17h à minuit, samedi14 à 22h de 14 à 1h et dimanche de 14 à 22h, vous aurez droit à des concerts gratuits sans relâche. Outre Tragédie le samedi à minuit, nous pointerons la chanteuse Tanaë vendredi soir à 21h30, suivie de la Parisienne Linh.

    Samedi, le régional de l’étape DJ Flash chauffera l’assistance avant Tragédie et sera précédé du groupe Overtones.

    La journée de dimanche sera placée sous le signe de l’Italie avec le concert de Mateo Terzzi (The Voice Belgique) à 17h30, suivi du groupe Overdose d’Amore qui reprend les plus grands succès de Zucchero. Village gourmand avec plus de 40 exposants, fête foraine et feu d’artifice le samedi soir. Infos : www.grace-hollogne.be. VINCENT ARENA