Clubbing

  • Rejoignez-nous sur notre page Facebook "La Meuse 04"

  • Le Cube à Barchon ferme ses portes après 7 ans

    Le Cube proposait depuis sept ans plusieurs événements chaque mois, dont des soirées clubbing. Ne pouvant plus assurer les charges locatives, ses deux patrons ont décidé de jeter l’éponge et cherchent un nouveau locataire.

    Doté d’une surface de 880m² et pouvant accueillir plus de 500 personnes, Le Cube à Barchon était le cadre depuis sept ans de plusieurs événements. Des ventes de vêtements, un salon du rhum, des cours de danse, des après-midis « Handiscothèque » destinées aux personnes handicapées tous les premiers mercredis du mois, mais aussi des soirées clubbing deux samedis par mois.

    A l’arrêt total depuis dix mois, Digger et Max ont décidé de mettre un terme définitif aux activités du Cube. « Nous ne pouvons plus supporter le loyer. Sans pouvoir exploiter les lieux, ce n’est plus viable. » Le restaurant d’ambiance « Au Bout La Bas » (NLDR : partie attenante au Cube) poursuivra quant à lui ses activités. « Nous avons reçu des aides pour la partie Horeca. Nous continuons à proposer des plats à emporter du jeudi au samedi et nous ouvrirons dès que nous serons autorisés à le faire. Par contre, aucune aide ne nous a été attribuée pour la partie événementielle. Nous avons fait appel à l’ASBL Blegny Move. Mais sans succès. »

    Les lieux dédiés au clubbing et aux événements se meurent et deviennent une denrée rare en région liégeoise. « Lors de sa création il y a sept ans, cette salle polyvalente était venue répondre à une réelle demande. Mais nous sommes conscients que nos soirées ne pourront pas reprendre avant un an. Notre propriétaire a été compréhensif en réduisant notre loyer. Mais les aides étant insuffisantes, nous ne pouvons plus assumer que la moitié de nos charges. »

    Quand à l’avenir des lieux, les paris sont ouverts. « Nous disposons encore du bail de location. L’endroit est donc disponible pour un éventuel nouveau locataire qui souhaiterait l’exploiter dans un autre domaine. » En attendant, l'hécatombe continue dans le milieu de la nuit. Un nouveau coup dur dans cette crise pour le secteur de l’événementiel qui perd à nouveau l'un de ses bastions. VINCENT ARENA

  • Charles Schillings débarque tous les samedis en radio sur Nostalgie

    Originaire de Liège mais établi en France depuis 1993, Charles Schillings possède, du haut de ses 54 ans, une belle carrière internationale derrière les platines. En quelques années à peine, il est devenu l’une des références des nuits parisiennes. À ses débuts, où il côtoie David Guetta, il se produit aux Bains Douches, au Palace, au REX et aux Folies Pigalle.

    Hotel Costes, c’est lui

    Dans les années 2000, il devient le DJ attitré de prestigieuses marques comme Versace, Armani, H&M, Coca-Cola ou encore Karl Lagerfeld avec qui il collabore à partir de 1995. « J’ai eu la chance de me produire un peu partout dans le monde. J’ai joué à l’anniversaire de Dita Von Teese ou encore pour les Beckham lors d’un nouvel an aux Maldives. Cet été, j’ai été invité à me produire chez Jean Roch à Saint-Tropez. » Producteur aguerri, on lui doit également les nombreuses compilations « Hotel Costes ». Mais cette fois, c’est en radio sur les ondes de Nostalgie qu’il débarque pour la première fois. « C’est en fait mon vrai retour en Belgique, 30 ans plus tard. Je reviens parfois pour des soirées spéciales. Mais cette fois, c’est un vrai projet récurrent. J’en suis très heureux. Car toute ma famille habite à Liège ».

    Charles Schillings animera l’émission « C’est Party » tous les samedis de 18 à 21 h, en compagnie de Stéphane Shaw. « Je vais passer en revue tous les tubes des années 80, 90 et 2000. Je partagerai mes souvenirs et mes anecdotes sur les artistes avec les auditeurs. Le but est de faire des ondes de la radio la plus grande discothèque de Belgique. L’accent sera placé sur le côté festif et club des titres. Un peu comme c’était le cas quand je me produisais dans les clubs à l’époque à La Chapelle à Liège ou au Café d’Anvers. » VINCENT ARENA