Clubbing

  • Sorties: tout repart, sauf les discothèques et le clubbing !

    Totalement à l’arrêt depuis le 13 mars dernier, les discothèques, le monde de la nuit et tous ses acteurs affrontent une crise unique en son genre. DJ’s, serveurs, portiers, personnels de bar et autres gérants de discothèque n’entrevoient aucune issue et attendaient impatiemment l’annonce du CNS. Si un espoir demeurait envisagé ces derniers jours, ce dernier a fermé la porte à toute activité avant septembre prochain.

    JM.jpg« Ai-je encore le droit de réagir ? », s’interroge Jean-Marc Rodolfs. A la tête de deux discothèques bien connues des Liégeois depuis près de 38 ans, il gère les activités de l’Alhambra Club et du Barocco. « Ma première réaction est un dégoût total. Nous n’avons aucun autre choix que celui d’obtempérer. Notre secteur est non seulement oublié des autorités mais également totalement méconnu de nos dirigeants. Ce que je déplore surtout, c’est le flou artistique qui règne quand notre secteur est évoqué. Hormis la date butoir du 31 août, aucune autre date et aucun plan de relance ne sont envisagés. Même quand notre première ministre évoque le fait de nous aider lors de son allocution, aucune mesure claire n’est énoncée. »

    Au centre de l’actualité et du discours politique de ces derniers jours, les rassemblements spontanés et non autorisés comme celui de la place Flagey à Ixelles ont également retenu l’attention des professionnels du métier. « Des actions de ce type ont certainement influencé négativement l’avis des experts. Pour ma part, j’estime qu’il serait plus opportun et judicieux de les accepter dans un cadre professionnel et sécurisé. Quand on voit la tolérance accordée à d’autres secteurs comme les parcs de loisirs ou les centres de wellness, il y a de quoi se poser des questions. » Au même titre que le secteur de l’événementiel, les discothèques réclament un plan de travail et des dates pour travailler sur une éventuelle reprise. « Le quotidien et l’agenda d’une discothèque ne se gèrent pas en une semaine. Nous avons besoin d’un projet clair et précis de reprise afin de travailler sur notre plan de redémarrage. »

    Clubbing en plein air: «On va s’adapter»

    BB.jpgTony Vermiglio organise depuis plusieurs années divers événements clubbing itinérants comme la Beach Box et le festival électronique United Holi Colorz qui rassemblent des milliers de fêtards en plein air à Coronmeuse. Le CNS ayant autorisé pour cet été les événements culturels en plein air à raison d’un nombre limité de participants, mais de manière statique, il travaille sur la reprise. « On se dirige vers une édition de la Beach Box adaptée aux nouvelles mesures pour le mois d’août. Nous allons travailler sur la base du dernier texte de loi du CNS afin de nous adapter aux mesures de sécurité. Nous étudions la possibilité d’un concept extérieur, sans piste de danse, en format terrasse avec des espaces privatifs afin de respecter les distanciations sociales. Et surtout, limiter notre capacité d’accueil. » VINCENT ARENA

  • Kiami Chianese, DJ des soirées Super Fly, s’en est allé à 46 ans

  • Travaux et renouveau pour le Country Hall de Liège

    COUNTRY HALL.jpg

    Country Hall 3.jpgPrivé de public et d’événements, le Country Hall est totalement à l’arrêt depuis les premières mesures de confinement. « Nous avions prévu initialement de rénover la salle VIP cet été », intervient Christian Petry. Fraîchement libéré de ses fonctions à la province de Liège, il est depuis le 1er août dernier le nouveau gestionnaire des lieux. Succédant ainsi à son prédécesseur Jean Mathy. « Le Coronavirus est venu mettre un frein à nos activités et nos projets. Envisagés durant notre période creuse en juillet et en août, nous avons finalement réalisé et finalisé ces premiers travaux le 22 mai dernier. » C’est la société ansoise GoStore qui a remporté le marché public et réalisé les rénovations de la salle VIP. Une salle qui accueille généralement de nombreux événements, soirées, concerts et réceptions d’après spectacles. « Il était grand temps de changer ce revêtement au sol. La moquette devenait difficile à entretenir. Nous avons opté pour des dalles modernes en vinyle lisse et souple pour le rez-de-chaussée et la mezzanine. Une création du célèbre designer Philippe Starck, alliant le bleu, le blanc et l’orange qui rappelle notre logo. »

    Country Hall 2.jpg

    En tout, c’est près de 1.000 m² qui ont été rénovés. « Ce principe de dalles fonctionne comme un puzzle et nous permet de les remplacer si nécessaire. » Des travaux pour un coût total de 61.000€ euros. « Cette salle peut accueillir entre 500 et 620 couverts. Elle sera mise à la disposition des organisateurs d’événements dès que nous pourrons reprendre nos activités. » A l’heure actuelle, le Country Hall doit s’acquitter chaque année d’un loyer annuel qui s’élève à deux millions d’euros auprès de l’intercommunale dont il dépend. « J’estime que Liège mérite d’avoir une salle de type Zénith. Ce loyer représente 70% de nos dépenses. 21% sont consacrés aux frais énergétiques et les 9% restants aux frais de personnel. Nos seules recettes sont les locations de salles. Nous bénéficions d’un subside annuel de la province de Liège de 750.000€ et de 500.000€ de la fédération Wallonie-Bruxelles. Notre volonté est de pérenniser ces aides dans le temps. Nous souhaiterions ensuite pouvoir revoir l’étalement du loyer et le prolonger d’une dizaine d’année. Ce qui représente le remboursement du prêt immobilier consenti au départ. Une situation qui nous serait ainsi plus viable. » Bref, le renouveau semble en marche du côté du Country Hall où plusieurs gros événements sont annoncés dès la reprise des activités. VINCENT ARENA